Menu
Visuel

Grand angle sur la réforme de la PJM, 10 ans après son entrée en vigueur : interview de M Ange FINISTROSA, Président de la FNAT dans TSA

Parti à la rencontre de plusieurs professionnels reconnus de la PJM, le magazine TSA se penche sur la réforme du 5 mars 2007, qui, 10 après « n’a pas tenu ses promesses » et « reste en chantier ».

Le mensuel relève que si sur le principe, l’ensemble des acteurs s'accordent à dire que la réforme est une avancée en matière d’affirmation des libertés individuelles et droits fondamentaux des personnes protégées, force est de constater que le nombre de mesures de protection ne cesse de croître. Pour mieux répondre aux besoins des personnes protégées, les MJPM « ont dû se professionnaliser et s’adapter au champ social et médico-social, sans moyens suffisants ni pilotage politique ».

Parti de ce constat, le dossier aborde notamment :

  • Un secteur fragile en quête de reconnaissance et d'un « juste » positionnement,
  • L’échec des mesures alternatives à la protection judiciaire : les mesures d’accompagnement social personnalisé (MASP),
  • La méfiance vis-à-vis de l’habilitation familiale,
  • L’opacité du secteur vis-à-vis du grand public…

Extraits :

« Quel que soit le dispositif que vous mettez en place, le besoin de protection augmente en raison du vieillissement de la population, des difficultés cognitives, du handicap (…). Et si la loi réaffirme la primauté de la famille, celle-ci est parfois loin, en conflit ou en incapacité de pouvoir gérer la protection » constate M. Ange FINISTROSA. 

« La mise en place au pas de charge d'un nombre très important de mesures : notice d'information, règlement, charte des droits, document individuel de protection des majeurs (DIPM), s'est faite sans les faire vivre, sans leur donner du sens », poursuit-il.

« La loi ayant institué le métier de mandataire judiciaire, il est évident que la formation doit être validée par un diplôme, qui n'existe toujours pas », affirme-t-il.

Le mensuel évoque également "les référentiels et garde-fou que les professionnels cherchent à se donner pour construire leur profession", tels que :

  • L’enquête réalisé en 2015 par la FNAT auprès de 300 mandataires judiciaires à la protection des majeurs (MJPM) afin de mesurer le niveau d'éthique de leurs pratiques, qui donnera lieu à un référentiel éthique et plusieurs outils, afin de déployer des formations pour les professionnels adhérents,
  • La campagne de communication positive lancée en janvier par la Cnape, l'Unapei, l'Unaf, et la Fnat  et intitulée « Combattre les 10 idées reçues sur la protection juridique des majeurs ».

Lire en détail le dossier publié dans le TSA Mensuel n°80 :




par Nathalie SLISKOVIC
publié le 10/03/2017

Partager cet article :

Entrez votre email pour vous abonner à notre newsletter

© FNAT 2016 - Tous droits réservés