Menu
Visuel

Résultats de l’enquête nationale sur la formation CNC du MJPM

Dix ans après la réforme de la Protection Juridique des Majeurs introduite par la loi 5 mars 2007, les Assises de la Protection Juridique des Majeurs 2017 ont été l’occasion de dresser un plaidoyer envisageant les voies et moyens pour faire évoluer le statut actuel vers une meilleure reconnaissance de la profession de Mandataire Judicaire à la Protection juridique.

Dans cette perspective, la FNAT a mis à disposition et partagé les travaux de sa Commission Formation avec les principales Fédérations de la PJM (l’ANJI, l’ANDP, l’ANMJPM, la CNAPE, la FNMJI, l’UNAF et l’UNAPEI) réunies pour la première fois

Ainsi une enquête nationale sur la formation CNC des MJPM (du 26.04.17 au 26.05.17) a été lancée et déclinée en deux versions, l’une s’adressant aux Directeur(trice)s des Services MJPM, l’autre s’adressant aux professionnels de terrain, Délégués des Services MJPM ou MJPM exerçant à titre individuel.

L’objet de cette enquête était de réaliser un bilan qualitatif et quantitatif sur :

  • Le profil actuel des Mandataires judiciaires à la protection des majeurs,
  • Les apports et/ou lacunes de la formation dispensée pour l’obtention du CNC,
  • Les évolutions nécessaires pour la professionnalisation des MJPM.

Vous avez été nombreux à donner votre avis (+ de 1300 Délégués de service et MJPM indépendants et 114 Directions de services MJPM répartis sur l’ensemble du territoire), et nous tenions à vous remercier à nouveau du temps que vous avez pu y consacrer !

Plus particulièrement au sein du réseau FNAT, cela représente un taux de participation de plus de 45% parmi les Directions, et 15% des professionnels de terrain.

Parmi les principaux enseignements issus des résultats de cette enquête : 

  • La majorité des répondants toutes catégories confondues ont saisi l’opportunité des questions ouvertes pour dire que le CNC n’étant pas diplômant, il ne constitue qu’un complément à une formation initiale, un socle de connaissances minimum, nécessaire mais pas suffisant pour exercer le métier de MJPM
  • Les qualifications initiales et l’expérience des professionnels sont fondamentales, et ce, d’autant plus pour les MJPM exerçant à titre individuel, ne bénéficiant pas de la formation et du soutien d’un service
  • La majorité des répondants s’interrogent sur les moyens mis en place pour exercer la mission et tous s’accordent à dire que le métier est en manque de reconnaissance ; qu’une identité professionnelle commune reste à construire !
  • Les 3 principales pistes d’amélioration soulevées :

- Renforcer les conditions d'entrée au CNC, et améliorer les contrôles et d'obtention du CNC par les centres de formation

- Travailler la communication et la valorisation du métier (sa plus-value sociale)

- Faire reconnaître un métier MJPM à part entière sanctionné par un diplôme pour que le métier devienne une profession choisie avec des passerelles possibles

Vos avis à l’enquête de satisfaction des assises 2017 confirment ces résultats. Plus du tiers des participants répondant y ont proposé en axe de travail pour la profession : la reconnaissance métier et le statut du MJPM.

C’est un axe fort du Projet Stratégique 2018-2023 de la FNAT.


Pour en savoir plus, consultez la synthèse des résultats de l’enquête nationale ci-dessous





par Nathalie SLISKOVIC
publié le 18/01/2018

Partager cet article :

Entrez votre email pour vous abonner à notre newsletter

© FNAT 2016 - Tous droits réservés